Solidaires, Unitaires et Démocratiques

Cadres de la DOTC

 

 

 

                  Cadres de la  DOTC : « la  Grande Chaise Musicale ...» 

 

                                                         Ce que le DOTC95 vous promet : ...Pas de poste ou la porte...

Projet encadrant : c’est le passage de 25 DE  à 13 DE et l’incertitude face à l’avenir pour de nombreux cadres et chefs d’équipe.

Avec toutes les conséquences bien connues maintenant de personnels en surnombre et en reclassement.

 

Le DOTC nous dit que:

-         Nous avons de la chance ! de travailler dans un bassin  d’emplois important (l’IDF) et qu’ainsi nous aurions la possibilité de retrouver un poste proche de notre domicile.

(En Seine et Marne ? Dans le 91 ou le 94 ? Avec 2 ou 3 heures de transport par jour et les frais qui vont avec ? Tout le monde n’a pas droit à une voiture de fonction !)

 

-          Paris Nord recrute ! : On ne va pas tous aller à Paris Nord ! Toutes les DOTC connaissent le même processus de recherche de rentabilité et de productivité en vue de préparer la privatisation de La Poste  et cela quel qu’en soit le coût humain.

 

-          « Nous avons de la chance ! » : Pensez donc, dans le privé, les cadres sont licenciés, pas (encore) à La Poste. A  France Télécom, nos anciens collègues  se suicident.

 

Lors des grands « messes » (comme celle du 29/09 à Cergy) à la gloire de nos visionnaires de La Poste, celle dont ils rêvent (et ne leur parlez plus de Service Public, ils vont faire un cauchemar !), on nous dit qu’on va respecter les personnels et les aider dans leur reclassement forcé. Pour cela, par exemple, on nous dit que l’équipe des conseillers en mobilité sera renforcée. Ça fait bien sur le papier et c’est un effet d’annonce !

 

Sur le terrain, c’est une autre réalité ! Dans le Val d’Oise, de plus en plus  de cadres sont :

-          du jour au lendemain, démis de leur fonction de façon totalement arbitraire et sans appel.

-         mis en concurrence avec leurs collègues de l’exécution (ainsi, il n’est pas rare de voir un CAPRO démis d’une partie de ses attributions, lesquelles sont confiées à un non cadre).

-         culpabilisés, leur travail  et leurs actions dévalorisés. Il est aujourd’hui fréquent, dans certains établissements, que l’encadrement (Groupe A et classe 3 confondus) pallie au manque de personnel chronique en faisant des remises ou des collectes quasiment tous les jours, et ce, pendant des semaines !

-          Il est même arrivé que leur hiérarchie, devant tout le personnel, leur signifie qu’ils sont «bons à rien» et que, «s’ils ne sont pas contents, ils n’ont qu’à partir !»

-         En représailles ou sous prétexte qu’ils sont en surnombre depuis trop longtemps, certains sont même  mutés sur des fonctions  d’exécution  comme collecteur ou facteur.

 

C’est au D.O.T.C., courroie de transmission d’une politique dévastatrice, de prendre ses responsabilités et d’assumer les surnombres qu’il génère par ses restructurations et réorganisations incessantes.

Ainsi, il doit  assurer un véritable soutien, procurer un emploi à tous les encadrants, en débloquant les moyens nécessaires, en proposant de véritables formations qualifiantes.

 

De même, nous ne pouvons pas accepter que pour être retenu sur un poste, un bon « copinage » et une obéissance aveugle aux dictats de la Direction soient les critères incontournables. Les cadres de la DOTC ne sont pas des « toutous » mais des professionnels, ils méritent reconnaissance et respect!!!

 

Face au mépris, nous devons sortir de l’individualisme et nous organiser !

 

Seule la mobilisation et l’action du personnel encadrant permettront :

 

-  une approche prévisionnelle sérieuse des effectifs et, dans le cas d’une réorientation, que celle-ci se fasse dans le respect de la vie personnelle et familiale.

-   de stopper ces méthodes managériales d’un autre siècle basées sur les pressions, menaces, intimidations et mises en concurrence.

 

Halte :                                     Oui

 

 

- au discours dramatique sur la situation de La Poste

- à la mise en concurrence des cadres                                   - aux créations d’emplois nécessaires       

- à la mobilité forcée                                                             - à l’augmentation des salaires

- aux  pressions, stress et mal être au travail                         - au respect et à la valorisation de nos métiers

 

La situation que nous vivons  n’est pas une fatalité.

D’autres choix existent et sont possibles.

A nous de les imposer par la mobilisation !

Le 3 octobre, la consultation populaire réussie contre la privatisation de La Poste  témoigne

 

Que tout est possible !!!

 

Débattons tous ensemble le mardi 17 novembre 2009 à l‘espace Mandela à Argenteuil

 (voir sondage cadres joint)

 

 

 

Solidaires, Unitaires et Démocratiques

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×